De la lutte armée et de quelques imbéciles


Motion du congrès de la Fédération anarchiste italienne Reggio Emilia, 2 et 3 juin 2012.

Dans notre pays, la situation politique et sociale montre des signes évidents d'involution autoritaire à l'échelle globale. Le déploiement des politiques disciplinaires en réponse à des questions sociales est un signe que le temps du compromis, de la démocratie sociale est passé. Nous pourrions avoir à envisager le risque qu'on nous impose des régimes extrêmement autoritaires. La criminalisation des mouvements sociaux et des anarchistes prépare le terrain pour de nouveau appareils répressifs : de nouvelles lois, de nouvelles procédures pénales, une torsion de plus en plus forte de la réglementation en vigueur, un contrôle militaire croissant du territoire.

La gestion médiatique immédiate du monstrueux attentat de Brindisi 1 en dit long sur les intentions de l'oligarchie au pouvoir. Un acte lâche, de terreur aveugle contre des jeunes femmes, un acte antisocial et criminel, est tranquillement assimilé à un épisode de lutte armée, peut-être avec une origine grecque ou mafieuse, dont l'objectif évident est de réaliser l'unité dans la défense de l'État, une unité que nous avons vue à l'œuvre dans les années de solidarité nationale, des lois spéciales, de la régression sociale et culturelle du pays.

Même l'attentat qui a blessé le patron d'Ansaldo nucléaire 2 et sa revendication envoyée au Corriere della Sera par le noyau « Olga » de la FAI « informelle » démontre à quel point action et communication sont étroitement liés et confondus dans un jeu de miroirs infini et déformant. Il convient d'observer attentivement pour bien en comprendre la trame intime. Les médias, les mêmes qui minimisent depuis toujours la férocité de la guerre que l'armée italienne mène en Afghanistan, ont tiré à boulets rouges contre le mouvement anarchiste, ce mouvement qui ne se soustrait pas aux luttes sociales, qui est en première ligne des mouvements de protection de l'environnement, contre la guerre et le militarisme, contre les lois racistes et les politiques sécuritaires dans notre pays. Journaux, radio et télévision, qui tout d'abord n'ont pas haussé le ton, se déchaînent après la revendication.

Dans ces crises, on cherche toujours des boucs émissaires sur lesquels diriger l'attention de l'opinion dite publique. De même qu'ils ont réussi pendant les années 80 à vider de sens et de contenu la richesse des mouvements de la décennie précédente, en leur attribuant à tous, indistinctement, la responsabilité de la lutte armée, faisant de chaque brin d'herbe un faisceau, faisant pleuvoir les condamnations à la prison, provoquant des divisions et des oppositions ; de même aujourd'hui il y a ceux qui entendent dépoussiérer les vieux outils de la criminalisation préventive... Texte intégral au format pdf.