Kurdistan.Communiqué de la Black Rose Federation sur le massacre de Suruç


Aujourd'hui, nous pleurons la perte d'amis et de camarades et renouvelons en leur mémoire notre engagement à la lutte révolutionnaire internationale.

A midi, dans la ville frontalière de Suruç, dans le Kurdistan turc, une bombe a dévasté les corps de communistes, socialistes et anarchistes qui étaient en chemin pour aider à la reconstruction de Kobane. Des dizaines de personnes ont été tuées, de nombreuses blessées. Un membre Black Rose était présent pour aider à la préparation d'une campagne de soutien à la reconstruction de Kobane et du Rojava, mais n'a pas été blessé dans l'explosion.

Une demi-heure après l'attentat, la ville de Suruc a été secouée une fois de plus alors qu'une deuxième bombe a explosé à la frontière avec Kobane. Les nouvelles indiquent que ce fut une attaque à la voiture piégée qui a été arrêté par les forces d'auto-défense ce qui a limité les dégâts.

Le voyage à Kobane était organisé par l'organisation marxiste-léniniste Sosyalist Gençlik Dernekleri Federasyonunun (SGDF). Ils ont rassemblé des jeunes –des familles entières– de partout en Turquie et au-delà pour apporter leur soutien à la révolution sociale qui se développe au Kurdistan syrien. Jusqu'à 300 personnes se préparaient à traverser la frontière pour aider à reconstruire la ville, en apprendre davantage sur les développements politiques, et de relier les luttes de la gauche turque avec le mouvement kurde.

Après l'attentat, les premières réponses durent de véhicules militaires blindés de l'Etat turc occupant qui ont se sont positionné en face du Centre culturel Amara pour bloquer la rue et pointer leurs armes sur les révolutionnaires blessés et traumatisés. Les ambulances ont été si longue à arriver qu'il a fallu organiser des voitures privées pour amener les blessés à l'hôpital. L'armée et la police étaient sur les lieux en quelques minutes et ont formé une ligne anti-émeute avant même que les premières ambulances arrivent. Leur vigilance ne devrait pas surprendre, car ils avaient harcelé activement les révolutionnaires arrivant en bus à Suruc ce matin là, suivant nombre d'entre eux et elles, allant jusqu'à appeler les familles des jeunes pour leur dire que leurs enfants s'en allaient rejoindre «les terroristes» au Rojava.

Cela démontre l'attitude de l'État et indique une triste réalité: la Turquie poursuit sa politique meurtrière envers les Kurdes et cette attaque peut être considérée comme un accomplissement de la promesse de M. Erdogan d'arrêter le Rojava par tous les moyens nécessaires. Dans les prochains mois, Black Rose continuera à d'élargir la solidarité avec le Rojava en organisant des comités de soutien et des réseaux de solidarité. Nous espérons avoir votre soutien.

Biji Rojava! Vive le Rojava ! BR / RN international Secretary!

Fédération Anarchiste Black Rose

(Ma traduction avec l'aide de Google)