News

Mexique. Liberté pour Mario González ! Halte au harcèlement contre Nuria Ramírez !

Depuis l'Europe nous exigeons que cesse le harcèlement contre Nuria Roxana Ramírez, activiste et compagne de Mario González, prisonnier depuis le 2 octobre 2013. Nous exigeons également la libération immédiate de Mario !

Les collectifs européens, ci-dessous, annexent leurs signatures en soutien au communiqué de solidarité avec Nuria Roxana Ramírez émis depuis le Mexique. Nuria est la compagne de Mario González, harcelée par le Gouvernement de la Ville de Mexico et criminalisée par les médias de désinformation capitalistes, qui diffusent des mensonges en permanence. Nous exigeons en même temps la libération immédiate de Jorge Mario González García, et nous restons attentifs à la résolution du deuxième tribunal collégial en matière pénale du premier circuit du pouvoir judiciaire de la fédération, à propos de son recours (Amparo).

23 juin 2014

Nous exprimons notre préoccupation et notre rejet des accusations du Gouvernement de la Ville de Mexico à l'encontre de notre compañera Nuria Roxana Ramírez. Les fonctionnaires du gouvernement ont signalé à plusieurs médias que Nuria était parfaitement identifiée comme l'une des personnes ayant pris part à la manifestation du jeudi 12 juin 2014, lors d'un événement qui a eu lieu au Centre des Droits de l'Homme de la Ville de Mexico (CDHDF) et auquel participait Miguel Ángel Mancera, le maire de la ville. Les fonctionnaires ont même donné à la presse le nom complet de Nuria, qui est la compagne de Jorge Mario González García, emprisonné et torturé par le Gouvernement de la Ville de Mexico (GDF) le 2 octobre dernier, et qui se trouve actuellement hospitalisé dans la tour médicale de Tepepan.

Ceci est d'autant plus inquiétant que, dimanche 15 juin, Héctor Serrano Cortés, le secrétaire du Gouvernement de la Ville de Mexico affirmait l'existence d'enquêtes préliminaires menées par le Bureau du Procureur Général de Justice du District Fédéral (de la Ville de Mexico) – PGJDF – contre les personnes ayant participé à cette manifestation, lançant ainsi une menace contre notre compañera Nuria.

Face à ces faits, nous tenons à faire savoir que les accusations contre Nuria Ramírez sont totalement fausses, et que même les personnes à l'initiative de la manifestation nient catégoriquement que Nuria y ait participé. À ce propos, plusieurs médias ont corrigé l'information fournie par le Gouvernement de la Ville de Mexico qui, malgré tout, insiste sur l'accusation.

Lire la suite...

Biélorussie. Soirée de soutien ABC

abcmodif-1

Chiapas. Lettre depuis plusieurs endroits du monde en solidarité avec L’EZLN

De nos compañeros zapatistes, nous avons toujours appris, de leur cheminement, de l'histoire qu'ils ont changée, des cours qu'ils nous ont donnés et des enseignements de liberté. Aujourd'hui nous partageons leur rage et leur douleur.

Certains parmi nous, signataires de cette lettre, avons été des élèves de la petite École Zapatiste, d'autres non, mais nous savons que les maîtres et maîtresses d'école, les votanes, gardiens, gardiennes, sont des êtres humains exemplaires qui, avec dignité, ont enseigné et partagé leur vie quotidienne et ce monde qui se construit depuis en bas, dans les montagnes du sud-est mexicain. Nous savons que la lutte zapatiste a été une école de dignité qui a semé la révolte et l'espoir partout dans le monde.

L'agression du 2 mai contre le Caracol I de La Realidad n'a fait qu'indigner profondément tous ceux qui voient dans la lutte zapatiste quelque chose de très profond : un référent, un chemin, une inspiration, une façon de voir, de vivre, de résister, qui nous anime.

L'assassinat de notre compañero Galeano, d'un votán, d'un professeur, de l'une de ces nombreuses voix qui sont aujourd'hui la voix par laquelle l'EZLN parle et partage avec le monde, cet autre monde qui grandit en toute autonomie, cet assassinat est une agression contre nous tous qui avons appris et qui continuons d'apprendre de ces nombreux votanes, qui nous ont enseigné et continuent à nous enseigner le visage de la liberté.

Que pouvons-nous comprendre de cette agression paramilitaire qui est arrivée au centre du Caracol de La Realidad? Que visent ces balles, ces coups, cet assassinat ?
Que cherchent les gouvernements de Manuel Velasco et de Enrique Peña Nieto?

Lire la suite...